TON LIVRE OVNI : @Pikobooks

Image-1

 

Cette catégorie de blog est destinée à toi, que tu sois lecteur, blogueur ou professionnel des métiers du livre, pour que tu mettes en avant CE livre qui sort du lot, qui t’as bouleversé, qui est un véritable ovni, une pépite que tu veux faire découvrir à tout le monde. La seule condition ? Être passionné !

 

LE CHOIX DE @PIKOBOOKS – blogueuse littéraire : La Maison dans laquelle, Mariam Petrosyan

 

1. Fais nous un court synopsis du livre

Je ne peux pas. Ce serait trahir le roman. Tout est construit pour que justement le lectorat soit perdu, charmé, interrogé et plus important encore : percuté. Les pistes sont volontairement et délicieusement brouillées. Les interrogations du lectorat sont indispensables à cette expérience littéraire. Je préfère largement reprendre la présentation de la maison d’édition française, Monsieur Toussaint Louverture, qui a fait un travail formidable pour respect l’âme de la maison.

Le résumé de l’éditeur : Dans la Maison, vous allez perdre vos repères, votre nom et votre vie d’avant. Dans la Maison, vous vous ferez des amis, vous vous ferez des ennemis. Dans la Maison, vous mènerez des combats, vous perdrez des guerres. Dans la Maison, vous connaîtrez l’amour, vous connaîtrez la peur, vous découvrirez des endroits dont vous ne soupçonniez pas l’existence, et même quand vous serez seul, ce ne sera jamais vraiment le cas. Dans la Maison, aucun mur ne peut vous arrêter, le temps ne s’écoule pas toujours comme il le devrait, et la Loi y est impitoyable. Dans la Maison, vous atteindrez vos dix-huit ans transformé à jamais et effrayé à l’idée de devoir la quitter.

 

2. Qu’est-ce que ce livre a de si particulier ? Pourquoi le vois-tu comme un ovni ?

Il s’agit d’un roman qui mélange altruisme, handicap, apprentissage, communauté, joie, peine, émancipation, oppression, révolte avec, permettez-moi cet oxymore, une simplicité furieusement complexe.

Je crois sincèrement que chaque expérience concernant ce roman est unique. Il nous offre une grande place de projection. On peut choisir de décortiquer tous les indices (quoiqu’on comprenne très rapidement que se contenter de l’aspect purement logique du roman est une grave erreur) ; comme on peut choisir de se laisser entièrement guider par les enfants qui s’y trouvent. Et les émotions que l’on ressent à la lecture sont si fortes, qu’on a du mal à en parler. Il y a quelque chose de l’ordre de l’intimité ultime, dans la lecture de La Maison dans Laquelle. D’ailleurs, je constate qu’entre nous, lecteurices de cette oeuvre, on se comprend. « Oh ! Tu l’as lu ? » est souvent la seule phrase que nous ayons réellement envie d’échanger. Notre aventure dans la maison nous appartient et, en tout cas en ce qui me concerne, en parler dans le détail, c’est déjà trop la laisser m’échapper.

Et je crois sincèrement que l’histoire de l’écriture de ce roman n’y est pas pour rien. En tout cas, le parallèle de l’intime est indéniable. Il a été écrit dans le silence, pendant dix années de la vie d’une femme, qu’il a d’ailleurs fallu convaincre pour le publier. Son manuscrit (gigantesque) a circulé pendant plusieurs années de manière quasi-clandestine sur les tables de chevet de ses ami•e•s, jusqu’à atterrir par hasard sur le bureau d’une éditrice. Merci à elle d’avoir su convaincre Mariam Petrosyan de nous laisser entrer dans la maison.

 

3. Si tu devais le qualifier en 3 mots ?

Immersion / fantasmagorie / altruisme

 

4. Quel est ton rapport à ce livre ?

Je le chérie comme un trésor car il a créé une expérience de lecture hors du commun. Je me suis lancée le défi de le lire en le découpant en sessions de lecture matinale. 40 pages par jour, pendant 30 jours. Ce fut un compagnon, un boosteur de moral, un crève-cœur à abandonner pour partir travailler, un compagnon du weekend… un ami.

 

5. Comment l’as-tu découvert ?

Il y a un an, j’ai récolté dans un bocal tous les conseils de lecture qui m’avaient été donnés par les personnes qui commentaient mes photos Instagram, mes vidéos YouTube ou mes articles de blog. J’ai tout recensé sur des petits papiers dans un bocal du hasard (d’ailleurs, le hasard est un de mes conseillers favoris). Il s’agit donc d’un conseil d’une personne inconnue qui pourtant a su trouver le livre pour me faire vivre un moment inoubliable.

 

6. À quel genre de lecteur le conseillerais-tu ?

Je conseille ce roman à toutes les personnes qui souhaitent vivre une immersion littéraire puissante, à d’aucun son pareil, émouvante et inoubliable. Entrer dans la maison, c’est ne pas vraiment savoir qui l’on sera quand on en sortira. Je suis persuadée que, comme moi, le moment où le•a futur•e lecteurice arrêtera de se poser des questions et acceptera simplement de ne pas tout contrôler sera un moment dont iel se souviendra longtemps.

 

Merci à @Pikobooks pour cette belle présentation ! Pour ma part, je ne peux qu’approuver tous ces mots car La Maison dans laquelle est un de mes livres favoris.

Image-2 (1)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s