Douleur, Zeruya Shalev, éditions Folio

45235878_336348930464654_4186583061846032384_n

 

▬ Douleur, Zeruya Shalev, éditions Folio (2018)

✒️ Iris a été initiée à toutes formes de douleurs dans sa vie, et pas des moindres. Abandonnée par son premier amour alors qu’elle était adolescente, elle en est restée paralysée pendant des semaines. Plus tard, alors qu’elle a refondé sa vie avec un autre homme qui lui a donné deux enfants, elle est victime d’un attentat qui lui procure une douleur physique durable et l’éloigne progressivement de sa famille. Dix ans plus tard, elle recroise son premier amour, Ethan. Un choix s’impose alors à elle : vivre l’amour qu’elle a perdu trente ans plus tôt, ou protéger sa fille qui est en danger.

💫 Il m’est difficile de réellement apprécier un roman dont le personnage m’a été profondément antipathique : je me suis longuement questionnée sur la façon dont la douleur pouvait justifier certains actes. Iris n’a pas eu la vie facile, mais a longtemps observé son existence se dérouler oar défaut devant elle sans réellement agir sur celle-ci. A cinquante ans, elle se réveille et réalise que ses choix ne l’ont pas menée là où elle le souhaitait, et se retrouve dans l’incapacité d’assumer ceux-ci. Il lui faut plus de la moitié du livre pour cesser d’agir égoïstement dans cette quête de son identité, et c’est ce qui a rendu ma lecture laborieuse. Elle n’agit que pour son propre intérêt sans songer à l’impact que ses actes auront sur sa famille, et notamment sur les enfants qu’elle a choisi de mettre au monde. C’est ce manque de maturité chez le personnage qui m’a profondément retournée, car même son histoire passée ne justifie pas une telle irresponsabilité. Il faudra que sa fille se retrouve en véritable situation de danger pour qu’elle choisisse de la faire passer avant le reste, et qu’elle réalise que sa situation familiale peut s’améliorer à l’aide de simples dialogues, d’une sincérité qu’elle s’est refusée toutes ces années durant. Le roman a donc, sur ses actes, une évolution qui m’a totalement convaincue – on apprend de ses erreurs – mais je suis déçue de constater qu’à aucun moment Iris ne remet en question ses actes, et demeure donc inconsciente de son manque d’empathie. Tout cela, malgré son côté « bonne moralisatrice » vis-à-vis de son entourage. Mais peut-être ce roman est-il destiné à montrer comment la douleur peut rendre quelqu’un sensible à son unique personne, et à glorifier ce genre de comportement fréquemment adopté par les victimes… En bref, un livre qui m’a déçue mais qui m’a beaucoup fait réfléchir ; j’ai aimé l’histoire globale car la situation initiale avait beaucoup de potentiel, et la fin me semble assez cohérente avec celle-ci, mais le personnage principal a contrarié ma lecture. Cependant, je constate que les avis sont presque unanimement positifs sur ce livre, alors je vous invite à forger votre opinion par vous-même. C’est toute la beauté de la lecture : elle varie toujours en fonction de notre perception des choses, mais une lecture qui remue – de manière positive comme négative – est toujours une lecture percutante.

 

Pour en découvrir plus…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s