En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, éditions Finitude

23336360_1601381783216987_820695651_o

Coup de ❤️❤️❤️


Je dénonçais tout, tout le monde, tout le temps. Les lancers de boulettes en papier mâché, les bavardages, les tricheries, les jeux de colle, les grimaces, et bien plus que ça encore. (…) Un jour, la maitresse m’a convoqué. Elle a commencé par se demander à voix haute ce que j’aurais fait en 39. Alors, je lui ai répondu en regardant mes chaussures que la question ne se posait pas, que je chaussais du 33 et que si j’avais fait du 39, j’aurais probablement été dans la classe du dessus ou même dans l’école des grands.


✒️ L’histoire d’une famille hors normes, dont le quotidien est empreint d’une loufoquerie et d’une poésie comme on en a rarement vues. A travers les yeux de l’enfant, on se laisse entraîner dans une danse de 160 pages qui se dévorent d’une traite et qui nous donnent le tournis, l’ivresse d’une existence exemptée de tous remords et de tracas. Un livre qui met du baume au cœur tout autant qu’il vous le déchire.


💫 J’ai rarement été aussi chamboulée par un livre. J’avais pas mal d’appréhension vis-à-vis de celui-ci du fait qu’il soit un énorme succès en librairies – et qu’il ait été couronné de nombreux prix – car je craignais d’avoir trop d’attentes en ce qui le concerne. Aucune déception, rien à redire ; c’est à mes yeux un chef d’œuvre de la littérature dont on parlera encore au siècle prochain. J’ai été transportée dans un univers complètement singulier, avec en fond sonore la sublime voix de Nina Simone. Premier roman d’Olivier Bourdeaut, il le fait déjà figurer parmi mes écrivains favoris : son écriture est en parfaite harmonie avec son récit, elle danse, elle nous emporte dans un tourbillon de folie euphorique et destructrice. C’est l’histoire d’un amour sans frontières, d’une fidélité sans limites. Et parmi toute cette beauté décrite, un récit d’une tristesse telle qu’elle m’a arrachée quelques larmes. Il est difficile de parler de ce livre sans en dire trop, alors je retiendrai une phrase de la quatrième de couverture qui correspond parfaitement à sa description : « L’amour fou n’a jamais aussi bien porté son nom. »

2 réflexions sur “En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, éditions Finitude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s